Inondations : les études de réduction de vulnérabilité sur l’Uzure et Loiron sont terminées, place aux travaux


Suite aux évènements de pluies de juin 2018, le Syndicat a lancé 2 études sur le bassin versant de l’Uzure à Ballots et sur le bourg de Loiron en tête de bassin versant de l’Oudon.

Des diagnostics préalables qui déterminent la suite

L’évènement de juin 2018 sur ces communes a été remarquable par son intensité. Qualifiées de pluies supérieures à des évènements centennaux, la réponse des bassins versants s’est traduite par des phénomènes de ruissellement intenses, de saturation des réseaux d’eau pluviale et débordement des cours d’eau.

  • Sur la commune de Ballots, l’ouvrage sous la route départementale fait frein et les volumes d’eau s’accumulent en amont du remblai routier, inondant l’habitation de la Bessonnerie. Une amélioration des écoulements sur ce point stratégique permettra de réduire le risque.

 

  • Sur la commune de Loiron, le ruisseau de l’Ardonnière traverse une zone urbanisée. 7 habitations et plusieurs bâtiments publics ont été impactés en juin 2018. Pour répondre à des évènements violents de plus en plus fréquents et soulager des réseaux d’écoulement à saturation, le Syndicat prévoit d’aménager une zone de temporisation en amont de la zone urbanisée. Cela permettra de réduire les apports du bassin versant agricole, le temps que le réseau d’eau pluviale s’écoule et libère la capacité du réseau urbain, sans débordement en surface.

Par ailleurs, l’étude a fourni les éléments d’informations nécessaires à la commune pour mieux maîtriser son urbanisation et travailler à long terme sur des techniques de gestion préventive des écoulements. Le Syndicat continuera d’accompagner la commune dans sa réflexion.

Enfin, des diagnostics de réduction de vulnérabilités de bâtiments vont permettre de finaliser les adaptations nécessaires pour les bâtiments qui restent potentiellement inondables par refoulement des réseaux souterrains. Il sera ainsi identifiés les voies d’eau potentielles et les équipements vulnérables pour conseiller aux propriétaires des dispositifs adaptés (ex : clapets anti-retours, batardeaux automatiques ou manuels, pompe, adaptation du réseau électrique ou de chauffage…).

 

Des aménagements pour réduire le risque mais d’autres leviers sont possibles

En concertation avec les partenaires de chaque projet, les aménagements qui seront réalisés par le Syndicat permettront de répondre à des évènements de type centennaux. Au-delà, le risque sera potentiellement amoindri mais persistera. C’est la limite que le Syndicat a souhaité se donner dans le dimensionnement de ses aménagements.

Cependant, il est possible d’agir sur d’autres leviers favorables à l’infiltration par des pratiques culturales plus adaptées ou aux ralentissements des eaux sur les bassins versants par des infrastructures vertes. Selon les territoires et les pratiques existantes, l’étude a montré qu’il était possible de réduire les débits de pointes des ruisseaux de 10% et jusqu’à 30% en agissant sur ces leviers.

 

Des travaux programmés en 2022 et 2023

Sur la commune de Ballots, au croisement de la Bessonnerie, une seconde voie d’écoulement servira à soulager le cours d’eau en cas de crue et permettra d’éviter l’augmentation du niveau d’eau en amont de la route. Cette solution permet de préserver le cours d’eau dans son état actuel.

En aval, l’augmentation de la ligne d’eau sera très modérée et temporisée rapidement par le champ d’expansion naturel et n’impactera pas d’habitation.

L’opération estimée à 75 000€ HT sera co-financée à hauteur de 80% par la Région des Pays de la Loire et 20% par le Syndicat de bassin.

Les travaux sont programmés en 2022.

 

Sur le bourg de Loiron, la mise à disposition d’un terrain agricole permettra de créer une zone de temporisation par l’expansion des crues dans une prairie humide qui sera restaurée. Des merlons paysagers seront aménagés, le cours d’eau sera réouvert sur sa partie aval et son affluent sera reméandré au cœur de la prairie humide. Sur la partie aval, un merlon d’environ 1.50m de haut limitera temporairement le passage des eaux de crues pour mobiliser 4000m2 de champ d’expansion de crues dans la zone humide.

L’opération estimée à 100 000€ HT sera co-financée à hauteur de 80% par la Région des Pays de la Loire et 20% par le Syndicat de bassin.

Les travaux sont programmés en 2023.

Mise à jour le: 01/10/2021 - 10:43